Réalité augmentée et écologie. Mythe ou réalité ?

La visualisation du produit en réalité augmentée permet de donner un aperçu de l’objet avant son achat. Le client peut aussi bien placer un meuble, une décoration ou même tester une paire de chaussures directement sur son pied grâce à cette technologie.

L’impact positif pour l’écologie est d’éviter les déplacement et achats inutiles dans l’ameublement, la décoration, les vêtements, la cosmétiques ou même les lunettes. 


Impact positif : 

– Limitation des déplacements du client.

– Limitation des renvois de produits achetés en ligne car non représentatif de ce que le client souhaité.

-Réduire le packaging


Le packaging est à la fois un moyen de communiquer avec le client et de faire transparaître l’univers de la marque. Pour autant, stocker les informations d’un produit peuvent être fait sur un simple QR code qui donne accès à de l’information interactive et plus simple à comprendre. L’utilisation de la réalité augmentée et du QR code permet de limiter les emballages et donc les déchets.

La réalité augmentée peut aider également le domaine de l’industrie.

Créer un prototype et le tester prend énormément de temps et coûte excessivement cher.

Ford utilise la réalité augmentée pour ses véhicules ce qui permet de réduire le temps de conception de plusieurs mois à seulement 20 heures. Une économie de matériel et de temps considérable pour la planète.

La construction d’un immeuble demande énormément de ressources. Une erreur dans la conception peut entraîner une démolition et reconstruction. Afin d’éviter cela, la réalité augmentée permet de visualiser et superviser la construction. Si la moindre erreur est détectée, il est possible de la rectifier en avance.

Mythe ou réalité ? 

La réalité augmentée est encore une technologie jeune. Il faut attendre pour analyser concrètement l’impact à long terme. A date, on ne peut pas nier une réduction de la consommation d’énergie, de matériaux, de transports, de déchets mais est-ce suffisant pour être carbone négatif ?

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur vos réseaux.